Fingal’s cave

Fingal’s cave

négatif sur verre 10,5×8 cm – années 1910

« Devant eux s’ouvrait une sorte de nef, haute et profonde, pleine d’une mystérieuse pénombre.
L’écart entre les deux parois latérales, au niveau de la mer, mesurait trente-quatre pieds environ. À droite et à gauche, des piliers de basalte, pressés les uns contre les autres, cachaient, comme dans certaines cathédrales de la dernière période gothique, la masse des murs de soutènement. Sur le chapiteau de ces piliers s’appuyaient les retombées d’une énorme voûte ogivale, qui, sous clef, s’élevait de cinquante pieds au-dessus des eaux moyennes. […]

Fingal's Cave, Staffa, Écosse
Fingal’s Cave, Staffa, Écosse

Miss Campbell et ses compagnons, émerveillés de ce premier aspect, durent enfin s’arracher à leur contemplation et suivre cette saillie, qui forme la banquette intérieure. »

Extraits du roman de Jules Verne, Le rayon vert, 1882
Fingal’s Cave, Staffa, Écosse

La grotte de Fingal, sur l’île de Staffa est une caverne creusée sur le flanc de l’île au milieu d’orgue basaltiques hexagonales. On suppose qu’il s’agit là du travail des vagues qui ont attaqué ce qui devait être une simple fissure dans la roche au départ, pendant des milliers d’années. On dit que la grotte est « mélodieuse », en référence au clapotis des vagues qui y résonnent.

Le lieu fut une source d’inspiration pour Jules Verne, Mendelssohn et… Pink Floyd.

retour en haut de page
Accepter les notifications OK Non merci